Publié dans Audience, Communication, Marketing, TV

Quand un programme fait la promo d’un autre programme de la chaine

Hier, M6 diffusait un nouvel épisode de Top Chef, qui a réalisé son record pour la troisième semaine consécutive avec 4.602M de téléspectateurs en moyenne, soit une part d’audience de 20%. En outre le programme était leader sur la cible prisée des ménagères de moins de cinquante ans (30% de pda).

Cette excellente performance n’est certainement pas seulement dû à l’appétence du public pour l’émission mais également au faible résultat, quoi qu’en hausse du prime de TF1 (Parole de Candidat) avec 4.759M de téléspectateurs soit 19.8% de pda. Elle peut néanmoins être porteuse d’audience pour d’autres programmes.

Quelles peuvent être les bénéfices du bon résultat de Top Chef ?

Dans l’épisode de Top Chef diffusé le 5 mars, M6 a eu l’idée de faire participer d’anciennes figures de L’Amour est dans le pré, programme également proposé par la chaîne.

Cette forme de « cross-over » entre les programmes à quelques semaines de la diffusion d’un nouvel épisode de l’émission mettant en scènes des agriculteurs est une idée marketing ingénieuse.

Elle permet de conserver en mémoire les bons moments de saisons précédentes pour les fans, aiguiser la curiosité des téléspectateurs n’ayant pas encore vu le programme (d’autant que les profils des agriculteurs étaient très différents les uns ds autres) et mettre en évidence la cohérence des valeurs des contenus proposés par M6.

Quel est le message de la chaîne  ?

S’appuyant sur la proximité des valeurs des participants aux 2 programmes, M6 fait d’une pierre deux coups. Ces valeurs véhiculées sont en totale adéquation : vertus de la nature, du travail, du respect de la terre… avec une mise en avant des régions, de leurs spécificités mais aussi de leurs points communs.

Ainsi, M6 conforte son positionnement et s’offre une page de pub devant 4.6M d’individus, dans le cœur de cible de l’Amour est dans le pré.

Est-ce le signe d’une évolution du marketing programme ?

Cette nouvelle forme d’autopromotion, n’est en réalité pas si nouvelle que ça…Mais tend visiblement à se développer.

Jusque-là, les chaînes, notamment TF1 et M6, ont développé des fictions autour de leurs animateurs phares, vecteurs d’image de la chaîne et finalement véritables marques media. C’est le cas de Jean-Luc Reichmann, Christophe Dechavanne par exemple pour TF1 et de Valérie Damidot ou encore plus récemment Stéphane Plaza pour M6.

La différence réside dans le profil des individus mis en avant. Là où jusqu’ici les seules figures des chaînes étaient des animateurs (vedettes), désormais, les participants (anonymes) à des programmes deviennent des vecteurs de communication, sous contrainte bien sûr, que leur image corresponde au message que les chaînes veulent diffuser. Cela peut donc exclure la télé-réalité d’enfermement dont les valeurs et les messages sont critiqués.

Miss Blablabla Media.
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s