Les media en parlent (S16.20)

 

  • Après son départ de la présidence du Groupe Canal+ il y a tout juste un an, Bertrand Meheut rejoint Philippe Drahi comme vice-président du conseil d’administration de SFR. L’opérateur affiche de fortes ambitions dans l’offre de contenus à forte valeur ajoutée : le sport, les séries et le cinéma… Comme Canal+, non ? (L’ancien patron de Canal+ rejoint Patrick Drahi – Les Echos)
  • Warner Bros se renforce sur le digital avec l’acquisition de Machinima, l’un des premiers pure players de l’offre de vidéos. C’est également en se concentrant sur les « gamers » et en s’appuyant sur Youtube que le réseau a su s’imposer. (Warner Bros. acquiring fandom and gaming-focused network Machinima – The Verge)
Publié dans PAF, Programme, TV

Philosophie et humour : est-ce compatible ?

Si Médias Le Mag s’apparente plus à un programme sur la communication et le traitement de l’information qu’à réellement un magazine sur les media, comme le laisse entendre son nom, l’émission dominicale de France 5 compte toutefois sur la chronique de Thomas Isle (@tomisle) pour parler contenus. Lire la suite de « Philosophie et humour : est-ce compatible ? »

Publié dans Audience, PAF, Programme, TV

La parenthèse inattendue, un enchantement

Hier, France 2 diffusait le premier numéro de La parenthèse inattendue produite par Adenium TV France, une émission hebdomadaire de 2ème PS. Elle est animée et conçue par Frédéric Lopez, qui a fait de la rencontre authentique avec des personnalités et de l’optimisme (« Feel Good TV ») sa marque de fabrique. Tout comme dans Panique dans l’oreillette et Rendez-vous en terre inconnue, l’animateur attend, dans ce nouveau programme, que ses invités se dévoilent à travers l’échange et le partage d’émotions. Lire la suite de « La parenthèse inattendue, un enchantement »

Publié dans Contenus, France, Programme, Stratégie, TV

Avec Clash, France 2 tente à nouveau d’innover en fiction

 Avec Clash, la chaîne du service public, propose, chaque mercredi, depuis le 9 mai, une fiction qui traite de l’adolescence et de la famille, en prime-time.

Visant ainsi un public familial sur une thématique généralement dédiée à la jeunesse et aux cases qui lui sont consacrées, France 2 prend une nouvelle fois un risque…. Néanmoins, il est a priori mesuré puisque contrairement aux programmes jeunesse type Cœur Océan, Foudre, 15/A ou encore Dawson, The life of an American teenager…, cette série n’est pas uniquement centrée sur les adolescents et leurs problèmes quotidiens mais également sur la famille. Lire la suite de « Avec Clash, France 2 tente à nouveau d’innover en fiction »

Publié dans Audience, France, PAF, TV

Avec Vendredi tout est permis avec Arthur, TF1 innove dans le divertissement

Le programme produit par Satisfaction The Television Agency et animé par Arthur, a été présenté comme « une émission exceptionnelle placée sous le signe de la bonne humeur, du jeu et du rire » pour son lancement, le vendredi 16 décembre 2011 à 23h40. Un second numéro a également été diffusé le 23 décembre 2011. Fort de son succès dans sa phase de test, Vendredi tout est permis avec Arthur a été reconduit en 2012, 2 fois par mois, le vendredi en deuxième partie de soirée.

Le concept

Lire la suite de « Avec Vendredi tout est permis avec Arthur, TF1 innove dans le divertissement »

Publié dans Contenus, Marketing, Programme, Promotion, TV

Call me Fitz, bientôt en exclu sur Série Club : un grand plan de com pour une chaîne thématique

La fiction à la télévision

La fiction est au cœur de toutes les attentions. Présentes sur l’ensembles les chaînes ou presque, elle se voit Lire la suite de « Call me Fitz, bientôt en exclu sur Série Club : un grand plan de com pour une chaîne thématique »

Publié dans En bref, France, PAF, Programme, TV

Media le Mag : de l’info media à l’analyse du traitement de l’information

Le concept de Médias le Mag, proposé par Jara Prod sur France 5 a bien évolué depuis sa création…

D’émission de décryptage, d’analyse et d’information sur les media, Lire la suite de « Media le Mag : de l’info media à l’analyse du traitement de l’information »

Publié dans Digital, France, PAF, TV

Recherche de renouvellement de la fiction française : cas Antigone 34

La fiction policière a longtemps été incontournable le vendredi sur France 2. Des séries comme Boulevard du Palais, La Crim’, P.J., Lire la suite de « Recherche de renouvellement de la fiction française : cas Antigone 34 »

Publié dans France, PAF, TV

6 nouvelles chaînes sur la TNT gratuite : récapitulatif

Mardi 27 mars, le CSA a rendu public le nom des 6 nouvelles chaînes de la TNT, à l’issue des auditions qui ont eu lieu entre le 5 mars et le 14 mars dernier.

Le choix s’est porté sur une diversité des thématiques, complémentaire de l’offre actuelle avec à la fois la présence des groupes historiques mais également de groupes indépendants ayant déjà ou pas, des chaînes gratuites. Lire la suite de « 6 nouvelles chaînes sur la TNT gratuite : récapitulatif »

Publié dans Cinéma, France, PAF, TV

Candidature TNT : la fiction, genre particulièrement apprécié par le public -projet HD1

Le groupe TF1 a présenté, mercredi 14 mars, son projet, HD1, défendu par Nonce Paolini, président directeur général du Groupe TF1, Céline Nallet, directrice des opérations de la fiction française de TF1, Fabrice Mollier, président de TF1 Thématiques et Jean-François Lancelier, Directeur général des antennes, des programmes et de la Production du groupe TF1.

Le profil des intervenants

Lire la suite de « Candidature TNT : la fiction, genre particulièrement apprécié par le public -projet HD1 »

Publié dans France, PAF, TV

Candidature TNT : M6 et l’écran au centre de la famille avec 6Ter

Le groupe M6 a présenté, mercredi 14 mars, son projet, 6Ter, défendu par Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6, Thomas Valentin, vice-président du groupe M6, Catherine Schöffer, présidente de Téva et Olivier Lesgourgues, producteur et animateur de E=M6

Le profil des intervenants

Après avoir rappelé les forces du groupe M6 qui a présenté 3 projets, Nicolas de Tavernost a spécifié qu’aucun d’entre eux n’était prioritaire. Il a poursuivi en expliquant le rôle de chacun des intervenants et a donc laissé la parole à Catherine Schöffer, représentante de la gent féminine et Olivier Lesgourgues.

Ainsi, Nicolas de Tavernost a exposé rapidement le succès d’audience et économique de Téva, la chaîne féminine du cable-sat, dirigée par Catherine Schöffer et appartenant au groupe. Il a également présenté Olivier Lesgourgues (Mac Lesggy), qui a participé au projet éditorial de 6Ter en soulignant les bonnes audiences de E=M6, émission phare de la chaîne M6, diffusée chaque dimanche à 20h et créée il y a 21 ans. Elle a rassemblé, dimanche dernier, 3.4 millions de téléspectateurs.

A l’issue de cette introduction :

  • Thomas Valentin a divulgué les grands traits du projet pour ainsi justifier son bien-fondé
  • Catherine Schöffer a présenté les fondements de la grille de programmes et de son financement
  • Olivier Lesgourgues a témoigné de l’expérience et de l’expertise du groupe M6 à travers le cas E=M6 et les idées de contenus pour 6Ter, dans la création de programmes familiaux basés sur la connaissance et la découverte

Le discours

Les contours du discours

6Ter qui vise un public familial s’inscrit, pour M6, dans la diversité de leur « activité télévisuelle ».

La chaîne « n’est pas définie par la thématique de son programme. C’est une chaîne qui va s’appuyer sur des programmes différents. Elle s’appuie simplement sur l’objectif de son public. » au même titre que les projets de chaîne féminine.

Nicolas de Tavernost est revenu sur un paradoxe : le développement de l’écoute individuelle de la télévision et le succès de programmes regardés en écoute conjointe à l’instar de E=M6, dont le nombre moyen de personnes présents devant l’écran, par foyer est de 1.65 personne contre 1.4 personne pour l’ensemble des programmes ou encore Scènes de Ménage.

Le souhait du groupe est donc de faire une chaîne rassembleuse dans laquelle toutes les formes de famille peuvent se retrouver (monoparentale, recomposée, …) avec, au cœur du projet, l’idée de partage.

Le nom de la chaîne actuel est 6Ter mais M6 se réserve le droit de le modifier pour l’appeler M6 Famille, pour mieux expliciter sa promesse.

Le principe de la chaîne

6Ter se veut être une chaîne complémentaire avec l’ambition de rassembler les parents et les enfants devant leur téléviseur au travers, principalement, des documentaires et des magazines de découverte, genre quasi-inexistant sur la TNT gratuite selon Thomas Valentin.

Il a par ailleurs donné un chiffre permettant de souligner l’ attente forte du public pour des programmes transgénérationnels (89% des familles souhaitent davantage de programmes à regarder ensemble) malgré la croissance de l’écoute individuelle en télévision.

Le principe est de « trouver à tout moment de la journée des programmes qui intéressent les parents et les enfants. » La chaîne garantie, dans ce contexte, qu’aucun programme déconseillé ou interdit aux moins de 12 ans ne sera proposé avant 22h.

 

Audition CSA

Thomas Valentin a, en outre, rappelé que ce type de chaîne existe dans certains pays étrangers et en télévision payante.

La programmation de 6Ter

L’objectif de 6Ter est de construire son identité et ses propres productions. C’est pourquoi, les passerelles avec les autres chaînes du groupe seront limitées en access et en prime.

Par ailleurs, la chaîne ne prévoit pas d’intégrer de téléachat, sauf, si à terme cela apparaît nécessaire pour des questions de rentabilité.

6Ter souhaite proposer une grille stable. Aucun programme spécifique ne sera mis à l’antenne pour les vacances et le mercredi.

La grille sera construite autour 3 genres phares :

  • la découverte
  • les magazines et les documentaires familiaux
  • la fiction

La grille est déclinée en fonction du rythme de la vie familiale :

  • Le matin, avant l’école et le travail, 6Ter proposera de l’animation, du magazine et des documentaires nature et découverte.

Audition CSA

  • A la sortie de l’école, 6Ter mise sur la contre-programmation avec une case de documentaires animaliers


Audition CSA

  • En avant-soirée, la chaîne diffusera un magazine dédié au quotidien de la famille défini comme un moment de détente et intelligent pour tous. « 6Ter le mag » sera présenté par une animatrice entourée d’experts. Ils répondront « de manière simple, concrète, ludique aux questions qu’on peut se poser sur l’alimentation, sur la forme, les loisirs, l’éducation, un sujet peu abordé en télévision. Autant de sujets qui intéressent la famille. »

Audition CSA

Quelques exemples de sujets traités :

  • les menus
  • des idées de vacances
  • les nouveaux media, comment ça marche
  • les trucs pour bien préparer ses examens

•    Les soirées seront consacrées aux :

  • grandes fictions familiales
  • séries inédites
  • films de cinéma
  • magazines documentaires et à la découverte (3 soirées par semaine : lundi, mercredi et vendredi)

Audition CSA

Les magazines :

« Pas si simple », proposé le lundi, plongera les téléspectateurs « au cœur de la vie familiale avec toutes ses diversités ». Il ne manquera pas de montrer les difficultés de la vie familiale, de dédramatiser ces situations « normales » et de tenter de trouver des solutions en se plaçant à la fois du côté des parents et celui des enfants pour favoriser le dialogue.

Exemples de sujets :

  • il a 27 ans, il est toujours à la maison
  • comment réussir une garde partagée,
  • je ne suis pas une maman parfaite et peut-être tant mieux,
  • je suis seule avec mes enfants comment m’en sortir ?

 

Audition CSA

L’autre axe fort de 6Ter est la découverte. Un genre ciment également présent en soirée car M6 a la conviction que la découverte (et la science) est « un genre naturel qui rassemble parents et enfants. » en se basant notamment sur l’exemple d’E=M6.

Des partenariats seront, en outre, noués comme par exemple  avec l’Espace Pierre-Gilles de Gennes.

Audition CSA

Les programmes de découverte à travers un traitement pédagogique

Une soirée découverte par semaine, soit le mercredi, c’est pour la chaîne un immense défi et une nouvelle opportunité pour la vulgarisation et la découverte à l’instar de E=M6.

L’objectif est de faciliter le lien de transmission du savoir.L’intention de 6Ter est donc de proposer des programmes populaires, pédagogiques de vulgarisation qui concernent aussi bien la science que la société, la géographie, l’histoire, en capitalisant sur l’expérience de E=M6. Ces contenus ne seront toutefois pas uniquement produits par Link Production.

Le principe n’est pas d’acheter des documentaires comme ceux de la BBC mais de créer des contenus en s’appuyant sur des expériences et sur un environnement proche, en répondant aux questions que « tout le monde se posent » afin que le téléspectateur se sente concerné.

A titre d’exemple, le volcanisme qui pourra être traité à travers un exemple dans le Puy de Dôme et plus précisément la falaise de pierre ponce de 10 m de haut de Rochefort Montagne, déposée en une nuit, c’était il y 3 millions d’années ; vestige de l’explosion du Mont d’Or.

De la même manière, un sujet sur les égyptiens et les grandes pyramides pourra être réalisé de façon pédagogique.

En s’appuyant sur le fait qu’à l’âge du bronze, les égyptiens ne connaissaient pas les outils en fer et avaient une pratique de roue extrêmement limitée. Ce qui ne les a pas empêchés de construire des ouvrages particulièrement hauts. Ainsi, Olivier Lesgourgues suggère de rester près de Paris pour expliquer comment ces constructions pouvaient être érigées. Pour ce faire, il propose d’utiliser des blocs de béton pour montrer aux enfants et aux parents, à travers la connaissance technique d’égyptologues, comment, à l’aide d’outils en pierre et de cordes, il est relativement facile de parvenir à ériger une montagne de pierres.

Enfin, les programmes auront une dimension digitale. Ils seront enrichis sur les supports numériques à la fois avec des fiches techniques mais aussi des quiz.

Le multitasking génère une baisse de l’attention mais l’audience continue à progresser en télévision. Ce qui explique que 6Ter ne transformera pas l’éditorial en intégrant des dimensions transmedia. Elle cherchera à attirer les téléspectateurs et à les impliquer dans les programmes même si elle développera les aspects intéractifs via les autres supports.

La publicité

Une vigilance particulière sera apportée aux aspects publicité.

Outre le respect de la réglementation,  un revisonnage des spots avant leur diffusion, en plus de l’arpp, sera mis en place.

La chaîne s’engage aussi à ne pas diffuser des spots pour des produits et services déconseillés aux moins de 12 ans comme certains jeux vidéos ou films DVD avant 22h (le même principe que pour les programmes).

Portant une attention particulière à la charte alimentaire : nn magazine nommé « manger, bouger, rigoler » autour de la forme et du « bien manger » sera aussi proposé par la chaîne.

Le modèle économique et les engagements de 6Ter

Le budget montera progressivement de 40 millions en première année pleine, jusqu’à plus de 60 millions en rythme de croisière soit moins de 100 000 € par jour pour construire la grille.

Pour atteindre l’équilibre, la chaîne ambitionne de gagner une part d’audience de 1.7%.

Les grands engagements en matière de diffusion et de production

Une chaîne ayant besoin de programmes frais pour avoir une identité propre pour fonctionner, M6 s’engage à consacrer 15% du CA à la production d’œuvres audiovisuelles dès la première année sans montée en charge et 9% dans la production patrimoniale indépendante.

Un MG de 6M€ sera, de plus, investi dans la production patrimoniale indépendante sur les 3 premières années quel que soit le niveau de revenus.

Le groupe bénéfice, en outre, du soutien d’organismes comme la SACD et la SCAM. Elle a aussi engagé des discussions avec les producteurs.

Concernant la production d’animation,  la diffusion restant minime (soit 1h30 par jour), l’engagement reste également marginal pour ce genre de programmes.

La grille contiendra 30% d’inédits pour créer l’identité de la chaîne et 30% à 40% de la diffusion sera inédite en télévision gratuite.

Le projet

Le groupe M6 propose une chaîne qui peut être regardée par tous, quel que soit l’âge, à tous les moments de la journée. Le projet est axé sur la transmission de la connaissance et le divertissement.

Il ne s’agit donc pas d’une chaîne thématique mais d’une chaîne sur cible visant l’écoute conjointe.

6Ter est une chaîne de complément entre la chaîne généraliste, diffusant des programmes qui ne sont, parfois, pas adaptés aux plus jeunes et les chaînes jeunesse qui excluent les adultes.

Les messages

La télévision reste au centre du foyer, c’est un moyen de partage, de rassemblement des membres de la famille et un vecteur de diffusion de la connaissance. 6Ter souhaite s’appuyer sur l’expertise du groupe pour renforcer ces fonctions à travers ses programmes.

Les atouts

Le format de 6Ter existe dans d’autres pays. Il a donc été éprouvé. Il répond, au vu des chiffres avancés lors de l’audition, à une attente du public français.

La télévision reste par ailleurs le media de la famille et le media le plus rassembleur (études SNPTV).

En outre, d’un point de vue publicitaire, la cible familiale est porteuse car elle garantie l’écoute de la ménagère et des plus jeunes, prescripteurs d’achat dans les foyers.

Les risques pour le projet

M6 a proposé 3 dossiers. Ce qui limite les chances de 6Ter.

La confrontation avec les chaînes généralistes qui diffusent des programmes familiaux, notamment en prime-time n’est pas non plus favorable au projet.

Enfin, le développement digital de 6Ter reste encore anecdotique même si la télévision connectée intégrée n’est pas encore présente dans les foyers.

Bref

Le projet peut séduire le CSA, compte tenu des différents dossiers présentés, par sa singularité. Des engagements forts peuvent aussi jouer en la faveur de 6Ter tout comme la solidité du groupe M6 et du succès des ses chaînes tant gratuites que payantes.

Miss Blablabal Media.
Publié dans France, PAF, TV

Candidature TNT : grande consommatrice de tv et cible privilégiée des publicitaires, la femme au cœur des attentions (3/3)

Le groupe NRJ a présenté, mercredi 14 mars, son projet, Chérie HD, défendu par Jean-Paul Baudecroux, président directeur général de NRJ Group, Maryam Salehi, directeur délégué à la direction générale de NRJ Group, Gérald-Brice Viret, directeur délégué du pôle TV et Françoise Marchetti, secrétaire générale du pôle TV

Le profil des intervenants

Après avoir exposé les motivations du projet Chérie HD, Jean-Paul Baudecroux a laissé la parole à Maryam Salehi, Gérald-Brice Viret et Françoise Marchetti. Lors de cette intervention, la parité était donc parfaitement respectée. Les expertises étaient en outre complémentaires et claires avec des femmes qui ont d’ores et déjà des postes à responsabilité au sein de l’entreprise.

Le choix des personnes présentes relevait de leur compétence et de leur rôle dans la chaîne présentée :

  • Maryam Salehi : contours du projet et appuis du dossier
  • Gérald-Brice Viret : ligne éditoriale et contenu de la grille
  • Françoise Marchetti : données chiffrées et engagements

Au-delà du domaine d’intervention et de la parité homme / femme, le groupe NRJ a aussi intégré la représentation de la diversité lors de l’audition.

Des messages clés et signes forts de la volonté et de la philosophie du groupe NRJ.

Le discours

Les contours du discours

Chérie HD se présente comme une chaîne qui comprend les femmes dans leur diversité et s’intéresse à l’ensemble de leurs préoccupations, envies et engagements et les accompagne dans leurs combats et leurs interrogations.

Tous les domaines sont abordés : beauté, décoration, mode, enjeux de société, culture, activité économique et sociale, politique.

« En créant ce media de convergence, Chérie HD a la volonté de s’imposer comme la seule chaîne authentiquement consacrée aux univers de la femme. Chérie HD fait éclater le carcan des idées reçues sur les femmes et leurs centres d’intérêt. » a précisé Jean-Paul Baudecroux.

Il n’a pas manqué de souligner l’indépendance éditoriale de NRJ et sa capacité à respecter le pluralisme des points de vue et partenaires, notamment en presse féminine. Visant ainsi directement le groupe Lagardère, qui peut s’appuyer sur une marque puissante et une rédaction avec Elle. Le président de NRJ réussit ainsi à combler ce qui aurait pu être considéré comme une faiblesse de son groupe.

Jean-Paul Baudecroux a également rappelé l’importance de la parité femme / homme dans l’ADN de NRJ. « Cette parité existe au sein de notre conseil d’administration qui est composé de 50% de femmes, est rare de nos jours, pour une société cotée. » En outre, des indicateurs de suivi de la présence des femmes dans le groupe existent déjà.

Les media radio et TV sont complémentaires sur la distribution des contacts. Ce qui explique l’intérêt que le groupe NRJ porte à la télévision et le souhaite de Jean-Paul Baudecroux d’investir dans le media. C’est une façon de solidifier le groupe en diversifiant les activités.

Le nom de la marque

La question de la confusion de la marque s’était posée lors du lancement de NRJ12, qui n’est pas une chaîne musicale. L’expérience a montré que les téléspectateurs n’avaient pas les mêmes attentes pour la chaîne que pour la station NRJ ; chaque media vit sa vie.

La couleur de la chaîne Chérie HD est différente de celle de la station Chérie FM., Le rapport affectif qu’entretien le public avec la radio, la promesse claire du nom et les résultats d’études ont poussé le groupe NRJ à choisir Chérie. C’est un terme positif, qui, par ailleurs, est une référence, un repère en tant que marque pour marché publicitaire : agences et annonceurs

L’esprit de Chérie HD

Chérie HD est la chaîne thématique qui « a pour vocation d’enrichir la vision de notre société par des programmes qui, quels que soient leurs genres, apporte la complémentarité du regard et la diversité des points de vue des femmes pour contrer la pensée unique. » a expliqué Maryam Salehi.

Chérie HD souhaite mettre en lumière des femmes qui brillent par leurs compétences, leur dynamisme, leurs idéaux, quel que soit leur milieu social, leur origine et leur métier et montrer leur rôle dans la société.

Au vu de la structure du marché audiovisuel et des comportements de consommation media actuelle des femmes, NRJ affirme « qu’une chaîne à contenu et à ciblage spécifiquement féminins constituera un attrait certain pour ce public et satisfera ses attentes. »

Pour définir les objectifs et le contenu de la chaîne Chérie HD, NRJ s’est entouré d’un comité éditorial dont les membres sont reconnus pour leurs valeurs, leurs compétences et leur engagement en faveur de la reconnaissance des femmes :

  • Hélène Badinter – productrice
  • Norbert Balit – producteur, journaliste
  • Caroline Bongrand – journaliste, auteur
  • Sophie Bramly – productrice
  • Sophie De Manton – présidente d’ETHIC
  • Anne Depetrini – auteur, réalisatrice
  • Carole Fagot – directrice du pôle féminin du groupe Mondadori
  • Christine Goguet – directrice de la Parisienne
  • Chekeba Hachemi – présidente d’Afghanistan Libre et co-auteur de l’annuaire d’expertise au féminin
  • Emmanuelle Hoffman-Attias – Avocat, membre du Conseil de l’ordre du barreau de Paris en charge de la mission label égalité homme/femme
  • Nicole Le Douarin – Secrétaire perpétuelle de l’Académie des Sciences, chercheuse en biologie
  • Christine Leiritz – directrice de la rédaction de Marie-Claire
  • Fadila Mehal – présidente des mariannes de la diversité
  • Véronique Morali – présidente et fondatrice de TerraFemina et présidente du Women’s Forum

La philosophie de Chérie HD et la programmation

« C’est avec une exigence constante de juste représentation des femmes et de l’étendu de leurs centres d’intérêt » que la grille a été constituée, souligne Gérald-Brice Viret.

Pour réaliser ce projet, Chérie HD s’est appuyée sur Christine Lentz, journaliste et ancienne directrice des magazines d’M6 et directrice de l’unité magazines et documentaires de France 2, qui rejoindra l’équipe en tant que directrice des programmes, si la chaîne est choisie.

La grille est très largement dominée par les magazine et documentaire soit plus de 60% de la grille d’antenne. Plus précisément, la répartition des 27 programmes originaux, par genre est la suivante :

  • 40% magazines (tendance sociétale)
  • 20% de pratique
  • 20% d’art de vivre
  • 15% de fiction
  • 3% d’information
  • 2% de cinéma

Il ne s’agit donc pas d’une chaîne généraliste, n’intégrant ni sport, ni information en tant que tel.

Quelques exemples de programmes
  • Ca nous regarde (5 diffusions par jour) : un magazine quotidien en direct de décryptage de l’actualité sociétale, économique ou culturelle. Chaque soir, un thème est abordé, par le prisme féminin
  • En Mode : magazine de la rédaction, exemple de formats courts à la découverte des tendances, phénomènes actuels
  • L’homme qui aime les femmes
  • Séries documentaires, de prime-time, qui ouvrent de nouveaux horizons, tant géographiques qu’humains.
    • mise en parallèle la vie de 4 femmes en France et en Europe, prenant à chaque fois, un thème différent : l’homoparentalité, trouver un travail après 50 ans ou femme engagée.
    • documentaires qui retracent les femmes de légende, le parcours inspirant d’une femme extraordinaire qui a marqué son temps, par son courage et son engagement.
  • Les héroïnes chéries ou Les feux de la passion : mise en lumière des femmes inconnues qui changent le monde, chacune à son échelle, avec ses moyens, sur un territoire spécifique, ici ou ailleurs.
  • L’agenda de Chérie HD : mise en lumière d’un événement culturel ou d’une artiste
  • Une convention d’écriture est signée avec Bénédicte Lesage (La journée de la Jupe) – Mascaret Films pour Garde à vue (10X52’)
  • 2 programmes courts de fiction en développement :
    • So femme : 3 femmes de 3 générations différentes qui se confrontent tous les jours
    • C’est la cata : un programme humoristique porté par des femmes

Chérie HD ne souhaite pas mettre à l’antenne de téléachat pas avant 2015, 2016 pour installer l’identité de la chaîne, d’autant que l’offre actuelle n’est pas adaptée à la ligne éditoriale de la chaîne. Il est nécessaire de trouver un axe éditorial nouveau pour un téléachat original (intégrant des notions de commerce équitable par exemple).

La politique de programmation

La nuit sera consacrée à la rediffusion de programmes et prioritairement des magazines produits par la chaîne.

Les programmes de la chaîne sont essentiellement des inédits afin de construire une identité à la chaîne et à plus long terme, pour détenir les droits des programmes pour une exploitation simplifiée dans le cadre de la télévision connectée.

Les hommes

Les hommes sont présents en tant qu’invité notamment L’homme qui aime les femmes, en tant qu’expert, chroniqueurs.

Concernant l’audience, il s’agit de la même problématique que la presse magazine 75%/25%. Les hommes, dans une certaine mesure, peuvent être intéressés par des sujets ou programmes présentés sous un angle féminin.

Un espace pour l’expression des femmes

Les ambitions intellectuelles sont omniprésentes sur la chaîne. Elles se traduisent par les sujets abordés, la présence d’expertes dans les magazines et d’une émission consacrée à la culture (l’agenda de Chérie HD)

« Une chaîne, donc, de sens, une chaîne de passion et aussi une chaîne de service car les femmes s’entre-aident et partagent leur expérience. » il s’agit d’un modèle unique qui prend en compte les spécificités de l’audience française… mais qui pourrait s’exporter.

Le modèle économique et les engagements de Chérie HD

Un projet conjugue la puissance de la production et la raison économique :

  • plus de 110 millions d’euros investis dans les programmes dont 65% dans la production.
  • une part d’audience modérée de 1.8% en 2015 et à plus long terme 2%. La valorisation commerciale de cette audience est suffisamment mesurée pour que la chaîne s’insère progressivement et harmonieusement dans le marché publicitaire de la télévision sans porter atteinte à ses grands équilibres.

Pour réaliser ces estimations, une analyse de l’évolution du marché publicitaire basé sur les résultats publiés par l’IREP sur les 5 dernières années a été faite.

L’estimation annuelle de croissance moyenne du marché est de 1.1% en télévision. Ainsi, Chérie HD prévoit :

  • Une PDM publicitaire en 2014 (95% d’initialisation) de 1.1% pour une PDA de 1.6% passant à 1.9% en 2017 pour un marché évalué à 3.7 milliards d’euros.
  • 80 commerciaux ayant une bonne expertise de la cible féminine et le média télévision sont à la régie. Une équipe dédiée pour la chaîne sera toutefois mise en place.
  • De nouvelles ressources proviendront de l’ouverture du marché à de nouveaux annonceurs  peu présents ou absents en télévision comme le secteur du luxe présents sur le parfum / cosmétique. Exemples d’annonceurs : Cartier, H&M, Mango, Lancel
Des synergies de groupe faibles

Le socle d’audience de 2 millions d’auditeurs de Chérie FM donne une connaissance de la consommation media de la cible féminine. Le positionnement de la chaîne et de la station étant différent, seuls d’éventuels événements en parrainage sur lesquels la chaîne serait légitime pourront être mis en place : la bougie Marie-Claire / Rallye des gazelles

Par ailleurs, compte tenu des lignes éditoriales de NRJ12 et Chérie HD, des ponts entre les chaînes ne sont pas envisagés en dehors des équipes techniques

Les grands engagements en matière de diffusion et de production

La haute définition
  • 85% du temps d’antenne en Haute Définition hors les exceptions autorisées, dès la première année
  • 100% du temps d’antenne en Haute Définition à compter de la 4ème année dans la tranche 16h – minuit
Les œuvres audiovisuelles
  • des engagements très forts, dans notre dossier et les accords signés avec les organisations représentatives des auteurs et des producteurs audiovisuels
  • Pas de montée en charge, ni pour les quotas de diffusion, ni pour les obligations de production : au sein de l’obligation globale de 15% de chiffre d’affaires, le patrimonial est immédiatement porté à 8.5%
  • L’intégralité de l’obligation globale et de l’obligation patrimoniale sera consacrée à des œuvres originales d’expression française
  • Les œuvres inédites : 1/3 de l’obligation globale et 1/4 de l’obligation patrimoniale
  • Le taux consacré aux œuvres indépendantes étant pour sa part respectivement de 70% et 75%
  • L’accord signé fixe des minima garantis d’investissement dans la production française pour les 3 premières années à raison de 12 millions d’euros cumulés pour l’obligation globale dont 6 millions cumulés pour les œuvres patrimoniales
  • Dans le cadre d’un accord groupe, l’accord signé prévoit d’aligner dès 2012, les taux d’obligation d’NRJ12 à la hauteur de ceux de Chérie HD

Des engagements à double effet bénéfique pour les auteurs et producteurs puisque s’appliquant à la fois à Chérie HD et à NRJ12.

Lors des échanges avec les membres du CSA, NRJ s’est de plus engagé à diffuser une  émission par mois en audio-description

Un nouveau plateau est en construction et permettra de produire les émissions de plateau. La chaîne pourra aussi s’appuyer sur les 25 journalistes qui doivent être engagés

Le projet

Chérie HD est un projet de chaîne sur l’univers de femmes. L’objectif est de :

  • aborder toutes les thématiques sous le regard féminin
  • montrer l’engagement des femmes à tous les niveaux
  • mettre en avant leurs expertises et compétences
  • les aider à répondre à leurs interrogations

Les messages

NRJ Group insiste sur l’engagement des femmes et leurs capacités à enrichir le monde grâce à leur regard différent sur l’ensemble des sujets de société. Chérie HD tient à répondre à des attentes en termes de contenus mais aussi d’angle de traitement.

Chérie HD se veut également être une chaîne de qualité grâce à un investissement dans les programmes inédits et des engagements forts vis-à-vis du CSA et des représentants des auteurs et producteurs.

Le professionnalisme est abordé en filagramme à travers les engagements, les appuis cités, les experts invités et la présence des sujets culturels dans l’ensemble de la grille.

Les atouts

Chérie HD s’appuie sur un comité éditorial constitué de noms à forte notoriété et réputés pour leurs engagements et leur professionnalisme. De plus, la chaîne a d’ores et déjà une directrice des programmes ; une femme et une professionnelle reconnue.

L’indépendance éditoriale de NRJ et sa capacité à s’associer à l’ensemble des groupe détenant des media dédiés aux femmes (mondadori, aufeminin, marie-claire,..) est également un atout pour le groupe qui pourra garantir le pluralisme et la neutralité.

Par ailleurs, NRJ a montré qu’il pouvait s’investir et investir dans la télévision, créer des programmes et développer des partenariats avec les associations professionnelles en conservant un équilibre budgétaire leur permettant de poursuivre le développement des chaînes NRJ12 et NRJ Paris.

De plus, les objectifs de Chérie HD ont pris en compte l’équilibre du marché. NRJ a en outre proposé un plan d’affaire prudent.

Enfin, Chérie HD est clairement la priorité du groupe. Jean-Paul Baudecroux l’a confirmé à plusieurs reprises lors de l’audition.

Les risques pour le projet

Malgré ses atouts, le projet est ambitieux et NRJ n’est pas un groupe leader en télévision. Il convient aussi de noter que les représentants de Chérie HD ont peu axé leur intervention sur les développements 360 des programmes et contenus de la chaîne.

Bref

Le dossier Chérie HD est sérieux et compte de nombreux atouts. Les messages diffusés lors de l’audition sont clairs tant en termes d’investissement que de volonté de proposer une offre différente et valorisante pour les femmes. Le projet est également cohérence avec le développement du groupe NRJ.

Il apparaît que la chaîne s’attache à l’image de la femme et de son rôle dans la société.

Les intervenants ont montré un projet structuré, raisonnable et enrichissant. Ce qui donne à Chérie HD une chance d’apparaître parmi les projets retenus.

Miss Blablabal Media.
Publié dans France, PAF, TV

Candidature TNT : grande consommatrice de tv et cible privilégiée des publicitaires, la femme au cœur des attentions (2/3)

Le groupe TF1 a présenté, vendredi 9 mars, son projet, Stylia HD, défendu par Nonce Paolini, président directeur général du Groupe TF1, Elisabeth Durand, directrice de l’antenne de TF1, ancienne présidente de Stylia, Fabrice Mollier, président de Stylia et de TF1 Thématiques et Jean-François Lancelier, Directeur général des antennes, des programmes et de la Production du groupe TF1.

Le profil des intervenants

     Autour de Nonce Paolini, Elisabeth Durand, seule représentante de la gent féminine de la table a présenté la ligne éditoriale de la chaîne et plus précisément les grands rendez-vous de la grille, avant de laisser la parole à Fabrice Mollier qui a exprimé les motivations de la candidature et la singularité de la chaine. Quant à Jean-François Lancelier, il n’a pas pris la parole, en dehors de précisions apportées lors des questions du membre du collège.

Nonce Paolini n’a pas manqué de présenter chacun des représentants de TF1 à ses côtés lors de l’audition :

  • Elisabeth Durand : âme du projet
  • Fabrice Mollier : pilote du groupe de projet
  • Jean-François Lancelier : superviseur du projet

Il est apparu que la régie publicitaire, sur qui TF1 s’est appuyé pour le plan d’affaires à travers les estimations d’audience et de recettes publicitaires n’était pas à la table. Ce choix est d’autant plus étonnant que TF1 Publicité est dirigée par une femme. La participation de Martine Hollinger aurait pu permettre de respecter la parité homme/femme dans le cadre d’un projet de chaîne féminine. En outre, le CSA reste très sensible à ce type d’attention. Cela aurait également renforcé l’argumentation relative au modèle économique.

Le discours

Les contours du discours

Le parti-pris de TF1 est de proposer une chaîne destinée aux femmes, consacrée aux dimensions art de vivre et tendances ; convaincu que cela répondrait à une nécessité. L’objectif est de créer, pour les femmes, un chaine que leur ressemble et qui les rassemble. Sous la signature, répétée à plusieurs reprises comme la colonne vertébrale de Stylia HD, Toutes nos vies, toutes nos envies, résume, selon Nonce Paolini, le projet éditorial.

Stylia HD veut :

  • apporter des clés pour aider les femmes à mieux vivre le quotidien
  • répondre aux désirs des femmes, de culture, d’évasion et de rêve

Nonce Paolni n’a pas manqué de rappeler que «toutes les femmes sont différentes et chaque femme est elle-même plurielle*». « Stylia HD s’adresse aux femmes dans leur diversité de l’adolescence à la grand-maman, quelle que soit leur situation sociale et professionnelle, quels que soient leur style, leur mode et leur niveau de vie. »

Telle une marque, Stylia HD se veut être une chaîne aux multiples facettes :

  • Divertissante
  • Utile
  • Incarnée
  • Conviviale
  • Qualitative
  • Complice
  • Voix pour la valorisation de l’image et du statut de la femme.

Et enfin, les hommes, qui ne sont pas le(s) cibles privilégiées de la chaîne y seront les bienvenus.

Le projet éditorial

Définie comme « une véritable chaîne de complément à l’offre actuelle ».  Stylia HD s’articule autour 2 promesses :

  • Toutes nos vies, répond à une fonction miroir de la société
  • Toutes nos envies, répondra à une fonction évasion

Les valeurs associées à la chaîne à travers ses programmes sont :

  • La diversité
  • L’authenticité
  • La proximité
  • Le bien-être
  • Le glamour
  • La modernité
  • Le rêve
  • L’évasion
  • L’humour

Une chaîne incarnée :

Le groupe TF1 veut proposer une chaîne vivante et chaleureuse en s’appuyant sur des animateurs/trices : incarnation de la chaîne, qui seront pour certains connus du grand public. De nouveaux visages sur lesquels la chaîne pariera, seront également présents à l’antenne. Dans certains cas, Stylia HD pourra aussi « faire appel à des experts et expertes dans les émissions et magazines de la chaîne ».

A travers des programmes qualifiés par Elisabeth Durand, de riches et variés, le ton de Stylia, se veut :

  • Positif
  • Décomplexé
  • Actuel
  • Différent

La grille de programmes

L’offre de programmes est basée sur 3 « espaces temps » prenant en compte  le rythme de vie des femmes.

1. la journée en semaine

  • Une matinale en quotidienne à 6h45 : « Toutes nos vies, la matinale »

Une émission de conseil pratique au ton positif et chaleureux. Une animatrice entourée de chroniqueurs et parfois d’experts abordera des thèmes tels que l’éducation, le travail, la santé. Un volet interactif sera également intégré au programme.

  • Un magazine quotidien d’access, à 18h30 : « Toutes nos envies, le mag ».

L’objectif est de permettre aux téléspectatrices de se détendre et s’évader grâce à des idées de sorties. « Elle sera animée par un duo sur un ton décomplexé et humoristique. » Les animateurs traiteront l’actualité culturelle et les nouvelles tendances et donnerons des bons plans sur le cinéma, la musique, le voyage, la décoration, notamment.

  • Une fiction courte diffusée à la fin de chacun de ses rendez-vous.

L’idée est de reprendre avec humour des situations du quotidien des femmes, en bousculant «les conventions et les stéréotypes».

Ces programmes seront multi-diffusés.

2. les soirées du lundi au dimanche

Stylia proposera une grille de soirée avec des rendez-vous thématiques réguliers, pour fidéliser l’audience. Elle sera en accord avec la signature de la chaîne :

  • Lundi : fiction

De l’humour, de l’évasion, de la dérision, avec des séries comme par exemple Jardins secrets (adaptation néerlandaise de Desperate Housewives, déjà diffusée sur TF1)

  • Mardi : cinéma

Des films mettant en valeur des héroïnes du quotidien ou des situations contemporaines

  • Mercredi : magazine

« Une nouvelle déclinaison de proximité de Du beau, du bon, du bien-être » (diffusé sur Stylia), un magazine de conseils et d’informations pratiques

  • Jeudi : cinéma

La diffusion de films évoquant rêve, évasion et découverte comme Out of Africa

  • Vendredi : soirée intitulée Leurs plus belles histoires.

Une case dédiée à « une nouvelle écriture, qui fera découvrir de l’intérieur des univers proches de nous » à travers la vie ordinaire de femmes extraordinaires

  • Samedi : fiction

 Des séries qui font écho au quotidien

  • Dimanche : magazine

Une version enrichie du Beau, du Bon, du Bien-être, présentée par Sandrine Quetier qui fera découvrir l’art de vivre d’un invité.

3. les journées du week-end

Le rythme de vie des femmes étant radicalement différent le week-end, leurs envies en matière de programmes le sont également. C’est pourquoi, Stylia HD proposera des contenus plus pointus issus de la chaîne Stylia actuelle ainsi que des créations propres. Il s’agira d’émissions autour, notamment des voyages, de grandes personnalités de la mode, de la gastronomie.

En outre, les reprises de la chaîne originale Stylia représenteront 27% de la grille dont 10% de magazines et 17% documentaires.

Les magazines seront donc tous repris:

A terme, plus de la moitié de la grille en programmes de la chaîne constituée d’inédits.

Un concept store (pris en charge par télé shopping) fera également partie des programmes proposés. Il sera adapté à la ligne éditoriale de Stylia HD.

En revanche, aucune émission consacrée à la littérature, n’est prévue. La présence des livres se fera au travers des invités et des sujets traités dans les magazines.

La place de Stylia HD dans le paysage audiovisuel

Au travers de la voix de Fabrice Mollier, le groupe TF1 pense que Stylia HD « va occuper une place à part dans le paysage audiovisuel » :

  • Une chaîne complémentaire de l’offre audiovisuelle gratuite actuelle

Il n’y a pas de chaîne dédiée au public féminin sur la TNT gratuite contrairement à internet ou à la presse féminine.

  • Une chaîne innovante

Elle sera présente, dès le démarrage, sur tous les écrans ; les programmes seront consultables en mobilité et en rattrapage.

Les écrans officieront aussi comme des relais de l’antenne pendant les émissions (par exemple la participation des téléspectatrices à la matinale) et en dehors.

Ils auront une fonction d’enrichissement en permettant de mettre à la disposition du public des informations complémentaires concernant les contenus, par exemple.

Dès le démarrage, Stylia HD sera en mesure de proposer 17h de programmes en HD quotidiens.

La chaîne aurait ses propres obligations et ne serait intégrés aux accords groupe en termes de production.

L’audience

Le public de Stylai HD devrait être constitué de 70% de femmes.

L’objectif d’audience de Stylia HD est prudent. Il est de 1.4% de part d’audience en 2016 et 2.0% sur la cible ménagères de moins de 50 ans.

Les estimations ont été basés sur des hypothèses  de d’évolution du marché publicitaire d’une part plurimedia et d’autre part, celui de la télévision :

Baisse du marché publicitaire plurimedia en 2012 puis une hausse les années suivantes

Concernant le marché publicitaire de la télévision, compte tenu de l’évolution du paysage et des consommations, TF1 a considéré que les résultats publicitaires de cette année seront stables mais qu’ils progresseront plus vite que le marché global, de l’ordre de 4.5% au-delà de 2013.

L’année 2016 fait exception dans le modèle car la disparition de la publicité sur le service public pourrait, selon Fabrice Mollier, engendre un léger impact.

Le chiffre d’affaires publicitaire estimé, et noté dans le dossier ne sera toutefois pas rappelé lors de l’audition.

TF1 estime que Stylia HD pourra atteindre l’équilibre dès 2017.

Le projet

Une chaîne pour les femmes avec un regard positif et des conseils pratiques accompagnant et aidant les téléspectatrices dans leur quotidien.

Un projet construit autour d’une promesse simple et des rendez-vous pour fidéliser une audience en affinité avec l’univers féminin.

Les messages

TF1 propose un projet à destination des femmes  et de la féminité sous le prisme de l’optimisme et du bien-être. La chaîne se concentre sur les thématiques art de vivre et tendances avec un esprit de proximité, d’accompagnement dans le quotidien et d’évasion.

Les atouts

Stylia HD est proposée par TF1, groupe leader et sur une marque qui s’installe progressivement depuis 2 ans. La capitalisation sur la marque cohérente avec la ligne éditoriale est un point fort.

Le projet est structuré autour de piliers, de concepts marketing clairs et de figures incarnant la chaîne.

La grille est aussi extrêmement précise et prévoit des rendez-vous réguliers à tous les moments de la journée. Ce qui permettra de mieux repérer les programmes pour les téléspectatrices et de les fidéliser.

Un grand nombre de formats puissants seront proposés, notamment le cinéma qui a montré son attrait sur les chaînes de la TNT, la fiction et les magazines qui, permettent, elles, d’identifier des visages et d’incarner la chaîne…. Sous réserve qu’ils soient en exclusivité sur Stylia HD.

Pas d’allusion à Plurielle ni à la capacité de comprendre cette cible de viser des cibles à travers les différentes chaînes / légitimité

Les risques pour le projet

La chaîne est concentrée sur l’art de vivre et les tendances. Ce qui exclut les sujets plus graves ou prises de position dans les programmes et donne une vision réductrice de la femme d’aujourd’hui, d’autant que l’expertise n’a pas été mise en avant. Le projet éditorial se rapproche plus d’une chaîne art de vivre, comme pourrait l’être VIA, qu’une chaîne pour les femmes… Même si l’art de vivre est un sujet en forte affinité avec la cible féminine.

Les ambitions en termes d’audience et le positionnement la chaîne laissent à penser que la stratégie s’appuie sur un équilibre au sein du groupe. TF1 ne souhaitant certainement pas perdre une grande partie de l’audience présente sur TF1 ou encore TMC.

L’absence de représentant de la régie, et encore une fois, de la femme qui la dirige, a réduit les aspects économiques présentés lors de l’audition et la construction du modèle.

La dimension production et en particulier, la production d’œuvres patrimoniales n’est pas au cœur du projet. Il apparaît qu’il y aura à la fois des reprises de la chaîne originale Stylia et d’autres chaînes du groupe TF1. Aucune intention de partenariat avec des sociétés de production indépendantes n’a été en outre évoquée.

L’excellence et la qualité des contenus n’ont pas été réellement exprimées au cours de la présentation du projet.

Une fiction courte a été citée. Elle rappelle Vous les femmes déjà diffusée par Teva (Vous les femmes). Une question concernant le caractère inédit du programme se pose.

Bref

Stylia HD est un projet intéressant dans un contexte de morosité. Néanmoins, il n’a apparaît pas, au travers de l’audition, que la grille sera particulièrement innovante. L’engagement pour l’évolution de la place de femmes dans la société ne semble pas non plus au cœur du projet.

Miss Blablabal Media.
Publié dans France, TV

Candidature TNT : grande consommatrice de tv et cible privilégiée des publicitaires, la femme au cœur des attentions (1/3)

Le groupe Lagardère a présenté, mardi 8 mars, son projet, Elle TV, défendu par Denis Olivennes, président du directoire de Lagardère active et président de Elle TV, Valérie Toranian, directrice de la rédaction du magazine Elle, Isabelle Giordano, conseillère en charge des programmes de Elle TV et Constance Benqué, Présidente de Lagardère Publicité.

Le profil des intervenants

Ironie du tirage au sort : journée de la femme, en ce 8 mars, la gent féminine était bien représentée à la table. Loin d’être des marionnettes autour de Denis Olivennes, qui a introduit l’audition, Valérie Toranian, Isabelle Giordano et Constance Benqué ont exposé les différentes dimensions du projet.

Chacune avec ses compétences, son domaine d’intervention (parfaitement défini), elles ont montré avec assurance et clarté ce que pourrait  être la chaîne Elle TV demain. Ainsi, le choix de profils féminins et légitimes dans leur domaine, avec la représentation à la fois d’une minorité et aussi du métissage, semble judicieux pour un projet visant les femmes, devant les membres du CSA, particulièrement attachés au principe d’égalité.

Les « 3 fées qui se sont penchées sur le berceau de cette chaîne », comme le disait Denis Olivennes, ont été présentées de la façon suivante :

  • Valérie Toranian : la gardienne de l’esprit Elle.
  • Isabelle Giordano : la traductrice en langage de la télévision de cet esprit du Elle.
  • Constance Benqué : dirigeante et réputée tenir ses engagements

En outre, il apparaît, à travers le choix de personnes présentes, que les différentes filiales et entités du groupe Lagardère ont participé au développement de ce projet.

Les messages qui peuvent être traduits dans le choix des représentants du projet sont synonymes de cohésion, expertise, complémentarité et enthousiasme.

Le discours

Les contours du discours

Au-delà des intervenants, le discours était donc construit, autour de :

  • L’actif de marque et les valeurs qu’Elle véhicule
  • L’expertise et savoir-faire TV et plus généralement media, la qualification des équipe avec tous les métiers que cela recouvre: de la production à la diffusion en passant par le marketing et la vente d’espaces publicitaires, de la gestion financière à la direction artistique,…etc.
  • L’enthousiasme généré par le développement d’une chaîne ambitieuse.
  • La nécessité pour la société de proposer une chaîne de qualité dédiée à la cible féminine comme en presse

L’excitation crée par le projet Elle TV a été largement décrit par Denis Olivennes qui parle de passion donc d’émotions, un trait de caractère souvent accolé à la féminité.

Concernant le positionnement de la chaîne, il est à la fois cohérent avec le marché publicitaire et la structure de l’audience de la télévision. C’est pourquoi, le président de Lagardère Active insiste sur la nécessité de créer une chaîne dédiée aux femmes (et ce n’est pas le seul au regard des candidatures).

Il s’agit pour lui de « combler ce manque » avec « une chaîne de télévision de qualité ».

Lagardère est le groupe français de media féminins en presse et sur Internet avec 400 journalistes, « des équipes marketing extrêmement pointues » au sein de la régie publicitaire la plus puissante sur ce secteur. Le groupe comprend aussi le savoir-faire en matière de production audiovisuelle de qualité à travers sa filiale Lagardère Entertainment : premier groupe de production de stock en France et le deuxième de production de flux.  Il est aussi détenteur de 9 chaînes dont un des succès de la TNT, Gulli.

3 forces sont donc mises en avant par Lagardère : professionnalisme en matière de media féminin, de télévision de qualité et de développement numérique.

L’esprit de Elle

Valérie Toranian, reflet de l’esprit Elle, rappelle l’histoire de la marque, ses valeurs et son rôle dans la société à travers un regard. Elle n’a pas manqué de citer Hélène Lazareff, figure du magazine Elle et de son positionnement « Elle c’est l’ironie dans le grave, le sérieux dans la frivolité».

La directrice de la rédaction de Elle insiste par ailleurs sur l’ouverture sur le monde, la force internationale de la marque Elle, et de sa vision, les engagements du magazine dans les grands dossiers de société, l’égalité des sexes et aussi le respect des différences et des cultures.

Elle se positionne comme vecteur d’information de qualité mais aussi comme initiateur de débats, analyse de points de vue, d’opinions sur tous les sujets de société avec le regard de femmes et les spécificités de la femme dans toute sa complexité, ses différences et ses exigences.

Les hommes ne sont pas exclus. Ils représentent déjà 25% des lecteurs du magazine. Ils portent aussi de l’intérêt aux sujets traités et au point de vue féminin.

Valérie Toranian donne ainsi « une légitimité totale à se lancer avec succès dans ce projet». L’objectif est de s’appuyer sur les valeurs de la marque et son actif pour « créer une vraie identité originale de chaîne, avec ce souci de l’exigence et de la qualité qui est l’esprit de Elle »

La philosophie de Elle TV et la programmation

Isabelle Giordano explique son plaisir d’accompagner un projet inventif, créatif et métissé, avec une équipe et des valeurs qu’elle souhaite défendre. En tant que femme multiculturelle, elle reconnaît ne pas se retrouver dans l’offre actuelle et pense que Elle TV répondra à un vrai besoin.

La conseillère en charge des programmes insiste, de plus, sur le caractère ambitieux du projet. Le budget consacré à la grille sera de 60 millions d’euros pour l’année de démarrage pour des programmes conçus avec l’esprit de Elle… donc inédits et adaptés au positionnement de la chaîne. « 30% des productions seront originales ». Pour ce faire, Lagardère pourra «s’appuyer sur l’expérience, le savoir-faire du groupe » et la collaboration avec « de nombreuses société de productions indépendantes ».

Les 2 mots d’ordre, originalité et diversité, feront également partie de la ligne directrice des acquisitions pour une grille composée de fictions, documentaires, des programmes courts, des films de cinéma et de magazines.

Afin de fidéliser son audience, Elle TV proposer 4 magazines hebdomadaires sur la mode, la santé, la sexualité et le couple  et un magazine de société centré sur les témoignages de femmes.

2 autres rendez-vous emblématiques de la grille seront :

  • un talk show quotidien, en direct, en avant-soirée : autour d’une animatrice, 4 chroniqueurs et chroniqueuses auront pour mission de feuilleter l’actualité du jour avec leur regard (et l’esprit Elle).
  • « Le Mentor » : un rendez-vous d’accompagnement professionnel centré sur le monde du travail, une des préoccupations majeures aujourd’hui.
Le modèle économique de Elle TV

Constance Benqué revient sur la force de la marque Elle, sa dimension mutli-canale (appli, web, papier, hors media), son rôle de référent et le « choix structurant pour la TNT » du projet de chaîne.

L’objectif est d’allier respect des obligations, satisfaction des téléspectateurs et  aussi des annonceurs, source principale des revenus de la chaîne, donc de son équilibre.

La directrice de la régie répète l’engagement du groupe entier dans le projet et présente son ambition en termes d’audience. L’objectif est de capter dès 2015 2.3% de part d’audience sur les 4 ans et plus et 4.1% des téléspectatrices de moins de 50 ans responsables des achats, cette fameuse ménagères de moins de 50 pour générer 82 millions de chiffre d’affaires publicitaire en 2015 et 120 millions d’euros en vitesse de croisière.

Pour cela, Lagardère Pub compte sur des « annonceurs qui sont actuellement en télévision » comme ceux du secteur Hygiène/Beauté mais aussi des annonceurs, qui, en raison de contraintes budgétaires, ne sont pas présents en télévision à l’instar du secteur de la mode. La régie qui collabore par ailleurs avec de nombreuses marques sur ses différents media pourra proposer des formats publicitaires originaux, adaptés et 360 ainsi que de la puissance. Constance Benqué parle de « media totalement ancré dans le patrimoine de marque ».

« L’équilibre d’exploitation est prévu en 2018 pour un investissement total en pertes cumulées de 139 millions d’euros avec un taux de rentabilité interne de 9%, qui est dans les normes du groupe. »

Le projet

A travers une grille proposant des rendez-vous et des programmes variés (magazines, fictions, films, programmes courts…), Lagardère présente le projet d’une chaîne destinée prioritairement aux femmes mais aussi à des hommes, faite par des femmes mais aussi par des hommes.

Les messages

Elle TV est un programme structuré et pensé avec des experts. Des experts de tous les métiers de l’audiovisuel, que comprend le groupe, pour un projet original répondant au besoin actuel et aux attentes en termes de :

  • qualité
  • sujets
  • création
  • formats
  • production

Lors de cette audition, les intervenants ont insisté sur :

  • l’investissement sur une marque puissante : Elle
  • des valeurs
  • la capacité à proposer une chaîne ambitieuse permettant ainsi de trouver sa place dans l’offre gratuite
  • la viabilité de la cible publicitaire et la capacité de Lagardère à commercialiser les espaces

Les atouts

L’investissement de tout un groupe a bien été démontré, à travers les profils des intervenants mais aussi des discours.

Lagardère dispose d’atouts majeurs que sont :

  • l’expérience en télévision gratuite et payante
  • sa présence à tous les niveaux de la chaîne de valeurs du secteur audiovisuel
  • sa présence en plurimedia
  • sa capacité à s’entourer de professionnels
  • la clarté des propos et des modes d’expression des intervenants

Les risques pour le projet

Après des sorties médiatiques étonnantes d’Arnaud Lagardère, d’ailleurs absent lors de l’audition, Denis Olivennes et ses bonnes « fées » ont dû défendre un projet et démontrer l’envie du groupe, la structuration claire de la chaîne, l’appui de toutes les filiales.

Par ailleurs, Lagardère a revendu Virgin 17, un échec lié, selon Denis Olivennes à la difficulté de répondre à la convention. Pour preuve, Bolloré qui avait racheté la fréquence, l’a d’ores et déjà revendue au groupe Canal+.

Il convient également de rappeler que Canal J a rendu sa fréquence de TNT payante. Un souvenir qui peut jouer en la défaveur de Lagardère même si la TNT payante est un pari difficile, dont l’avenir n’est même pas certain, dans la configuration actuelle.

Concernant les moyens de développer Elle TV, la possibilité ou la nécessité de partenaires financiers a été évoquée par Arnaud Lagardère, il y a quelques semaines. Ce qui fragilise probablement le projet.

Enfin, la stratégie de Lagardère en matière de media et plus particulièrement en audiovisuelle n’est pas forcément très claire au vu des différentes décisions récentes et du retrait du groupe de la chaîne Téva, il y a quelques années, rappelé par Nicolas de Tavernost lors de la présentation du projet 6Ter.

Bref

Elle TV est un beau projet qui peut effectivement répondre à un besoin fort. L’appui sur une marque aussi puissante que Elle est à la fois un risque vis-à-vis du CSA qui pourra craindre un copié-collé du magazine mais aussi une force en termes de notoriété, de visibilité, de synergies pour la promotion de la chaîne.

La candidature apparaît comme sérieuse au regard de la mobilisation du groupe malgré des réserves (curieuses) d’Arnaud Lagardère.

Miss Blablabal Media.
Publié dans Contenus, France, Just for fun, PAF, Programme, TV

Nouvelles chaînes de la TNT : Retour vers le futur… ou pas

Avec les projets de nouvelles chaînes TNT présentées au CSA et plus particulièrement des projets orientés vers la fiction, des questions relatives à la production des œuvres se posent. L’intention est extrêmement positive pour un secteur qui a du mal à s’industrialiser en raison notamment de la demande des diffuseurs actuelle, qui reste modeste comme le spécifiait Jean-Luc Azoulay en répondant à la question de Rachid Arhab, et des difficultés à rentabiliser les projets à l’export.

Néanmoins, lorsque Jean-Luc Azoulay expose sa volonté et celle de ses partenaires de développer une série quotidienne en direct sur sa chaîne ID France 1, cela raisonne comme un petit retour vers le futur.

Voisin Voisine

En 1988, La Cinq mettait à l’antenne une nouvelle forme de sitcom (« téléroman ») qui avait pour objet de lui permettre de respecter ses obligations en matière de fiction française, en réduisant les coûts à l’extrême – 150 KF (23K€) de l’heure – et financée en partie par des sponsors.

Le concept de Voisin Voisine était basé sur des scénarios particulièrement simplistes, « écrits » en 11 séquences. Les épisodes étaient tournés à la chaine (18 épisodes par semaine) avec 3 caméras qui filmaient les situations à l’économie: cadrages aléatoires, preneurs de son vraisemblablement en stage à mi-temps, montage en direct laissant silences, hésitations, lapsus des dialogues… heu, bavardages, en partie improvisés. L’absence de scénario et de mise en scène faisaient aussi partie de l’ADN du programme.

Ainsi la série est devenue célèbre pour son amateurisme. De kitsch et nullissime, Voisin Voisine est devenue culte, à tel point que des parodies de la série ont été réalisées dans Les Nuls L’émission au début des années 1990.

Bref

Grâce aux évolutions technologiques, les coûts de production peuvent être maitrisés. Espérons toutefois que, si la chaîne ID France 1 obtient une fréquence, les équipes de Jean-Luc Azoulay auront une vraie intention d’innovation et de qualité tant dans l’écriture que dans la réalisation. Qu’ils porteront également une attention particulière au choix des comédiens !

Miss Blablabla Media.
Publié dans Audience, Communication, Marketing, TV

Quand un programme fait la promo d’un autre programme de la chaine

Hier, M6 diffusait un nouvel épisode de Top Chef, qui a réalisé son record pour la troisième semaine consécutive avec 4.602M de téléspectateurs en moyenne, soit une part d’audience de 20%. En outre le programme était leader sur la cible prisée des ménagères de moins de cinquante ans (30% de pda).

Cette excellente performance n’est certainement pas seulement dû à l’appétence du public pour l’émission mais également au faible résultat, quoi qu’en hausse du prime de TF1 (Parole de Candidat) avec 4.759M de téléspectateurs soit 19.8% de pda. Elle peut néanmoins être porteuse d’audience pour d’autres programmes.

Quelles peuvent être les bénéfices du bon résultat de Top Chef ?

Dans l’épisode de Top Chef diffusé le 5 mars, M6 a eu l’idée de faire participer d’anciennes figures de L’Amour est dans le pré, programme également proposé par la chaîne.

Cette forme de « cross-over » entre les programmes à quelques semaines de la diffusion d’un nouvel épisode de l’émission mettant en scènes des agriculteurs est une idée marketing ingénieuse.

Elle permet de conserver en mémoire les bons moments de saisons précédentes pour les fans, aiguiser la curiosité des téléspectateurs n’ayant pas encore vu le programme (d’autant que les profils des agriculteurs étaient très différents les uns ds autres) et mettre en évidence la cohérence des valeurs des contenus proposés par M6.

Quel est le message de la chaîne  ?

S’appuyant sur la proximité des valeurs des participants aux 2 programmes, M6 fait d’une pierre deux coups. Ces valeurs véhiculées sont en totale adéquation : vertus de la nature, du travail, du respect de la terre… avec une mise en avant des régions, de leurs spécificités mais aussi de leurs points communs.

Ainsi, M6 conforte son positionnement et s’offre une page de pub devant 4.6M d’individus, dans le cœur de cible de l’Amour est dans le pré.

Est-ce le signe d’une évolution du marketing programme ?

Cette nouvelle forme d’autopromotion, n’est en réalité pas si nouvelle que ça…Mais tend visiblement à se développer.

Jusque-là, les chaînes, notamment TF1 et M6, ont développé des fictions autour de leurs animateurs phares, vecteurs d’image de la chaîne et finalement véritables marques media. C’est le cas de Jean-Luc Reichmann, Christophe Dechavanne par exemple pour TF1 et de Valérie Damidot ou encore plus récemment Stéphane Plaza pour M6.

La différence réside dans le profil des individus mis en avant. Là où jusqu’ici les seules figures des chaînes étaient des animateurs (vedettes), désormais, les participants (anonymes) à des programmes deviennent des vecteurs de communication, sous contrainte bien sûr, que leur image corresponde au message que les chaînes veulent diffuser. Cela peut donc exclure la télé-réalité d’enfermement dont les valeurs et les messages sont critiqués.

Miss Blablabla Media.
Publié dans Audience, Communication, Contenus, Promotion, Stratégie, TV

La communication est-elle incontournable pour assurer le succès des programmes TV ?

Focus sur le prime-Time…

Les Beaux Mecs et non pas Les Beaux Gosses

En février 2011, La série Les Beaux Mecs créée par Virginie Brac, produite par Tetra Media a remporté le prix de la meilleure série au Festival de Luchon et en octobre 2011, celui de la meilleure série française au Festival du Polar à Cognac.

Plébiscitée par les professionnels, Les Beaux Mecs, avec un casting de haut niveau, une réalisation de grande qualité, avait tous les atouts (ou presque) pour devenir la fiction de référence en 2011… Mais, lors de sa diffusion en prime sur France 2 entre le 16 mars et le 6 avril, l’audience n’était pas au rendez-vous !

Épisodes date de diffusion

nb de téléspectateurs

PDA (%)

1 et 2 mercredi 16 mars

3 491 000

12.9

3 et 4 mercredi 23 mars

2 561 000

9.4

5 et 6 mercredi 30 mars

2 921 000

10,5

7 mercredi 6 avril

2 798 000

11.1

8 mercredi 6 avril

2 680 000

11.4

Avec des chiffres extrêmement décevants, la série n’a pas eu de seconde chance et, s’est vue éconduite pour une seconde saison.

Quelles sont les raisons de cet échec ?

Le titre est le premier contact avec une œuvre, en dehors de l’image. Il doit donc traduire de façon claire, la promesse et surtout ne pas générer de confusion.

Or, la série, Les Beaux Mecs, a été diffusée seulement 2 ans après que le film à succès Les Beaux Gosses soit sorti dans les salles de cinéma. Les titres restent très proches pour des sujets radicalement différents. Le risque de déception est de fait très fort d’autant que les cibles étaient également aux antipodes.

Ces perturbations ont probablement joué en défaveur de la série tant en termes d’attractivité que d’attente.

Les messages que véhiculent un titre et les références auxquels il s’affère sont essentiels. Il s’agit d’un élément de communication.

A quel point la communication est-elle importante dans le lancement d’une fiction ?

Outre le problème lié au titre, Les Beaux Mecs ont subi un vrai manque de communication… Pas d’affichage, pas de passage dans les émissions de plateau pour promouvoir la série. Elle s’est appuyée sur son succès dans les festivals. Ce qui n’est repris, finalement, dans la presse, que par les professionnels. La presse grand public, notamment la presse TV ne s’est pas emparée de l’information et n’a pas non plus porté la série.

Les hommes de l’ombre : dans les coulisses du pouvoir

A contrario, les hommes de l’ombre ont bénéficié de relais presse importants et positifs dans un contexte de communication favorable, compte tenu du sujet, à quelques semaines de élections présidentielles. La série événement de France 2, a su créer un véritable buzz avant même sa diffusion.

Les audiences de la série française de 6 épisodes de 52 minutes, produite par Tetra Media et diffusée entre le 25 janvier et 8 février 2012, ont été au rendez-vous malgré une concurrence féroce sur les autres chaînes (épisodes inédits de Grey’s Anatomy sur TF1, notamment).

Épisodes

Date de diffusion

Nombre de téléspectateurs

PDA (%)

1 Mercredi 25 janvier 5,373 millions

19.5

2 Mercredi 25 janvier 4,933 millions

18,9

3 Mercredi 1er février 4,929 millions

17,4

4 Mercredi 1er février 4,571 millions

17,3

5 Mercredi 8 février 4,604 millions

16,4

6 Mercredi 8 février 4,405 millions

16,6

La problématiques est-elle la même pour les programmes de flux ?

Le contexte n’est pas tout à fait le même pour les divertissements. Aujourd’hui, il s’agit généralement, soit de « One Shot » événements soit de formats étrangers adaptés en France.

Néanmoins, la communication et la mise en avant des programmes est aussi une nécessité. Dans le cas des soirées événements, les téléspectateurs ne sont pas liés à un rendez-vous.

En ce qui concerne les nouveaux formats, ils ont bénéficié du buzz international pour une partie de la population. Il est malgré tout indispensable de créer l’événement et d’informer le public. Le cas de The Voice en est un bon exemple (9.1 millions de téléspectateurs pour son lancement le samedi 25 février 2012).

En conclusion

La nécessité de promouvoir les programmes pour leur donner une vraie chance de trouver leur public n’est plus à prouver. A l’heure du tout numérique et du foisonnement des moyens d’accès aux contenus, eux-mêmes en hausse, cela est incontournable.

La fiction française est encore plus vulnérable que les autres programmes, notamment les séries étrangères, américains ou britanniques. Elle ne peut pas tirer bénéfice de diffusions internationales, ni du buzz, ou du sentiment de frustration et d’attente que cela peut générer…

La communication est efficace et même indispensable en particulier lorsqu’il s’agit de programmes qui n’ont pas le temps de s’installer, comme les « mini-séries » !

La promotion et les modes de communication doivent aussi évoluer et prendre en compte tous les moyens disponibles pour toucher les téléspectateurs (media traditionnels, réseaux sociaux, digital, tournée de promotion)… en fonction de la cible, bien sûr.

Miss Blablabla Media.

Source audience : Mediamat / Médiamétrie
Publié dans Audience, En bref, France, TV

(En bref) The Voice sur TF1 : audience au top pour le lancement

Le concept « The Voice » a été créé en 2010 par le producteur néerlandais John de Mol avec The Voice of Holland. La version américaine a ensuite été lancée en Avril 2011. De nombreux autres pays ont acheté le format depuis… Talpa et Miditech et Imagine TV pour The Voice India, en Australie, Nine a prévu de diffuser sa version en 2012 tout comme BBC One. En Espagne, Mediaset Espagne a acquis les droits de diffusion pour Telecinco pour septembre 2012. Au Brésil, Rede Globo a également acquis les droits. C’est aussi le cas de SF1 en Suisse. Au Vietnam, le show est actuellement en pré-production pour une diffusion en septembre prochain.

En France, c’est Shine France qui a produit le programme pour TF1

Hier soir, TF1 lançait le premier numéro de l’émission. Présentée par Nikos Aliagas avec un « jury » éclectique formé de Jenifer, Louis Bertignac, Garou et Florent Pagny, le nouveau divertissement de prime a permis à la chaîne d’atteindre un score exceptionnel : 9,1 millions de téléspectateurs soit 38% de pda. TF1 se place très largement en tête des audiences de la soirée. Elle a même attiré 10,4 millions de téléspectateurs en fin d’émission.

Les cibles prioritaires des annonceurs étaient également de la fête :

  • 55% de pda sur les femmes de moins de 50 ans RDA*
  • 62% de pda sur les individus de 15 à 24 ans
  • 61% de pda sur les individus de 15 à 34 ans
Quid de la présence sur les réseaux sociaux ?

 #TheVoice était un des sujets les plus twitter hier soir avec 63 000 tweets pour 15 000 twittos, avec un pic à 10,6 tweets/seconde (source : devant la télé).

Quel enseignements tirés de ce carton d’audience ?

La chaîne a voulu mettre toutes les chances de son côté avec un gros plan de communication. Après le mystère et les rumeurs autour des coaches dont les noms ont été divulgués au fur et à mesure, des bandes-annonces ont été diffusée. En outre, une campagne d’affichage a été mise en place,  Nonce Paolini s’est également exprimé sur RTL chez Yves Calvi (Nonce Paolini RTL le 21/02/2012), c’est dire l’importance de ce lancement.

Bref, un bon plan de communication permet de promouvoir un programme et de lui donner une chance d’attirer le public, averti de la diffusion.

Certes, l’effet de curiosité a dû jouer mais cela montre néanmoins que les téléspectateurs ont de vraies attentes en termes de divertissement de qualité, de nouveauté et probablement de musique.

Miss Blablabla Media.

(source audience : Mediamat / Médiamétrie via TF1)
Publié dans Audience, Cinéma, En bref, TV

(en bref) César 2012 : une compétition difficile et un record historique d’audience

La 37e cérémonie des César diffusée hier soir en clair et en direct par Canal+ a réalisé une audience record tous programmes confondus. Le programme a rassemblé 3,936 millions de téléspectateurs, soit une pda de 18%.
C’est une hausse de 34% par rapport à l’année dernière (2,944 millions soit 14,5%). Ainsi Canal+ se retrouve sur le podium derrière M6 (NCIS Enquêtes spéciales) et TF1 (le grand concours des animateurs) avec respectivement 5,665 millions / 21.3 % et 4,657 millions /20.1 %.

 Un pic d’audience à 4,6 millions de téléspectateurs a été enregistré en fin de cérémonie, avec notamment la remise des César de la meilleure actrice, du meilleur acteur et du meilleur film, précise Canal + dans son communiqué.

 Pourquoi un tel succès ?

Les films présentés ont eu, pour la grande majorité, un succès en salle et dans les divers festivals (Cannes, Golden Globes,…). Ainsi la presse a relayé les information et participé à la promotion des oeuvres à travers les articles, invitations sur les plateaux, etc…  Quant aux acteurs, ils étaient pour la plupart connus du grand public tant à travers les films de cinéma qu’à la télévision, notamment Jean Dujardin et Omar Sy.

La compétition s’annonçait, en outre, difficile ; le palmarès n’était pas perceptible…

Le casting et cette incertitude ont probablement attiré un public plus large que d’habitude. Bref, tous les ingrédients étaient là et la cuisine à bien prix !

Publié dans Communication, France, Marketing, PAF, Programme, TV

Une semaine d’enfer (France 4) reflet de la TV d’aujourd’hui

 France 4 diffuse depuis le mois d’octobre 2011 chaque mardi vers 23h (rediffusé le jeudi vers 0h15 après TPMP), Une semaine d’enfer co-produit par 2P2L et Télécran. Le magazine, présenté par François Pécheux, propose des sujets d’actualité traités sous un angle différent, à la fois moderne et dynamique.

Il s’agit d’une nouveauté sur la grille de France 4 qui a, depuis la rentrée, intégré des programmes destinés aux jeunes, à l’instar de Monte le son.

La ligne éditoriale de la chaîne s’est montrée, grâce à ces nouveautés, plus claire pour les téléspectateurs. Ces initiatives ou prises de risque, selon le point de vue, sont autant de signes d’optimisme tant pour la chaîne que pour le service public en général.

Détaché des problématiques d’audience et de revenus publicitaires à partir de 20h, les chaînes du groupe France Télévisions, peuvent se permettre de tester de nouveaux contenus et de mettre en place une politique de complémentarité de chaînes. Elles peuvent ainsi toucher tous les publics et jouer un vrai rôle de vecteur d’information et de divertissement pour tous.

Nonobstant les contraintes dont France Télévisions est dégagé et la qualité d’Une semaine d’enfer, la chaîne a annoncé il y a quelques jours son retrait de la grille FAUTE D’AUDIENCE.

Cette information amène à une réflexion sur les raisons qui imposent à une chaîne de retirer prématurément un programme de sa grille.

Lire la suite de « Une semaine d’enfer (France 4) reflet de la TV d’aujourd’hui »
Publié dans France, Programme, TV

La fiction française quotidienne : enjeu majeur pour les chaînes

La vidéo : TF1 tourne des pilotes pour une fiction quotidienne en access

Laurent Storch – Président de TF1 Production – Médiasphère sur LCI

 

TF1 prépare un feuilleton quotidien dont les pilotes sont en tournage. Il s’agit pour la chaîne d’un vrai challenge…

 

Contexte

La fiction française quotidienne : quelques essais… non transformés

Depuis Sous le Soleil, Plus Belle la Vie fait figure d’exception dans le paysage audiovisuel français. C’est l’unique fiction quotidienne locale à succès, à une heure de grande écoute.

 

Chaque chaîne historique a bien tenté de se positionner sur ce genre de programme, mais sans succès qu’il s’agisse de Seconde Chance pour TF1 (qui a d’ailleurs actuellement une seconde chance sur NT1), 5 sœurs sur France 2, Paris 16ème sur M6.

Une case concurrentielle

Visant un public familial à l’instar de Plus Belle La Vie, quels transferts imaginer pour gagner des téléspectateurs en plus de ceux qui ne seraient pas devant leur poste à ce moment de la journée ?

Lire la suite de « La fiction française quotidienne : enjeu majeur pour les chaînes »

Publié dans Digital, France, Programme, Social, TV

Seriez-vous un bon expert ? Du petit écran au multi écrans

Julien Courbet anime chaque jour à 17h10, « Seriez-vous un bon expert ? » sur France 2.

Le principe : le public formé de 50 personnes répond à une liste de questions sur 2 thèmes, grâce à un boîtier. Au fur et à mesure, les candidats sont éliminés jusqu’à la finale.

Le jeu nous rappelle vaguement « Que le meilleur gagne » diffusé ente 1991 et 1995 sur La Cinq puis Antenne 2 devenu entre temps France 2, animé successivement par Nagui, Laurent Petitguillaume et Laurence Boccolini.

Pour densifier le concept et lui ajouter une dimension culturelle, 2 experts sont invités sur le plateau. Ils donnent les réponses aux questions posées en les agrémentant d’explications ou anecdotes. Par ailleurs, 2 personnalités jouent au même titre que le public. Ils apportent le soutien comique pour équilibrer avec les experts.

Ce nouveau jeu animé par Julien Courbet et mis à l’antenne le 5 septembre s’installe. L’audience du programme est passé de 820 000 téléspectateurs soit 10.2% de part d’audience pour la première à 1,1 million de téléspectateurs pour 12.1% de pda, le jeudi 24 novembre 2011.

Il a rassemblé 1,1 million de téléspectateurs pour 12.1% de part d’audience sur France 2

XXième siècle oblige, « Seriez- vous un bon expert ? » est entré dans l’ère du digital.

Ainsi, outre le replay disponible sur Pluzz, la plateforme de France Télévisions, l’émission mise désormais sur l’interactivité en live grâce à une application. Le 22 novembre, les possesseurs de Smartphone ou de tablette, on pu jouer en live avec le public, pour la première fois.

Cette nouvelle brique du jeu est promue durant la diffusion du programme. Le mode d’emploi est également présenté.

En amont, les possesseurs doivent télécharger l’appli siglée France Télévisions.

Puis, pour lancer le jeu, ils doivent, grâce l’appareil photo intégré à leur smartphone, scanner le flash code présenté à l’antenne par Julien Courbet (qui précise qu’il s’agit d’une exclusivité).

Et le jeu commence…

Une nouvelle expérience TV

Même si le temps de téléchargement des questions reste relativement long, notamment en raison de la synchronisation avec l’antenne, l’expérience est intéressante.  Elle laisse présager de nouvelles utilisations des différents écrans dans le cadre de programmes TV et un nouveau rapport d’implication dans le contenu.

En outre, l’expérience multi-écrans pourra, d’un point de vue économique, permettre d’enrichir le modèle et développer de nouveaux espaces publicitaires et sources de revenus pour les régies publicitaires des groupes audiovisuels.

Rappelons cependant que Money Drop, diffusé par TF1 avait déjà mis en place un jeu sur le même principe. Mais, le dispositif intégrait un jeu sur le site de la chaîne.

Miss Blablabla media.